Musique d'Azerbaïdjan




L’Azerbaïdjan, situé à l’Ouest de la mer Caspienne, fait partie du Caucase et non de l’Asie centrale mais sa population est turcophone et d’origine centrasiatique. L’influence iranienne est également très forte : il y a une province azérie en Iran et de nombreux liens historiques avec la Perse. La musique azérie présente divers aspects : art des bardes (ashiks) enraciné dans la culture populaire et musique classique, le mugam, qui se rattache à la tradition savante persane remontant à plus de dix siècles.

La musique azérie est pratiquée en Azerbaïdjan, mais aussi dans les contrées voisines qui partagent cette culture, ainsi l'Azerbaïdjan comme région de l'Iran et la région de Kars en Turquie.  Les Azéris ont un patrimoine culturel composé d'éléments turcs, iraniens et caucasiens.
La musique traditionnelle des ashiks (ou troubadours) remonte peut-être aux influences arménienne, géorgienne, turkmène ou kazakhe.
Le mugam est une musique savante dérivée du système modal iranien, interprété par un chanteur ou une chanteuse accompagné au târ (luth) et au kamantché (vièle) et dont le chant est ponctué par le daf (tambour sur cadre muni de cymbalettes). Le développement musical consiste en une improvisation qui se déroule selon les règles bien définies du mode, le mugam. Ces compositions ne sont pas écrites et le musicien doit avoir une profonde connaissance des règles et des lois du mugam. La tradition dénombre une douzaine de mugam ou destgah principaux et une dizaine de mugam secondaires.
Si la frontière entre ces deux formes — ashiks et mugham — est bien définie, c'est surtout par l'instrumentation, le style de chant, et le contexte.


GENRES

Le mugham est un genre musical traditionnel et savant d’Azerbaïdjan qui laisse une place prépondérante à l’improvisation. Il associe le chant à des musiciens jouant des instruments traditionnels du pays : le tar (luth à 11 cordes), le kamancheh (violon à quatre cordes) et le daf (grand tambourin). Le mugham azerbaïdjanais partage les caractéristiques artistiques du maqam irakien, du radif perse et du Makam turc. Depuis l’indépendance du pays en 1991, on assiste à un renouveau du mugham ainsi qu’une certaine modernisation (enregistrements sonores) qui met en péril son caractère improvisé et le principe de sa transmission orale. Le mugham a été classé "Chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité" par l’UNESCO, dans une démarche qui s’attache à préserver la mémoire et l’intégrité des formes artistiques et culturelles menacées.


INSTRUMENTS

 tar (luth à 11 cordes) ; kamancheh (violon à quatre cordes) ; daf (grand tambourin à cymbalette)


LIENS

http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_azérie
http://en.wikipedia.org/wiki/Music_of_Azerbaijan

Partager sur Google+

À propos de nicolas martello

enseignant education musicale #edmus — interlocuteur TICCE — passionné #numérique #éducatif — testeur #apple #google #elearning #mooc #musique #jazz